22011_tn











projet de reconstitution de la kouba

de Nogent-sur-Marne

lettre adressée à M. Hamlaoui Mekachera

9 mai 2005


M. Hamlaoui Mekachera
Ministre délégué aux Anciens Combattants
37, rue de Bellechasse - 75007 Paris


Monsieur le Ministre,
L'importance que vous avez accordée à célébrer la mémoire des combattants de l'armée française, dans la diversité de leurs origines, et à insérer leur souvenir dans la conscience collective de la nation gagne à être saluée.
Elle mérite la gratitude des citoyens attentifs à l'histoire de la France et des hommes de tous horizons qui ont lié leurs noms et leurs sacrifices à son destin.
C'est la raison pour laquelle j'ai l'honneur de vous soumettre un projet de reconstitution de la kouba du cimetière de Nogent (1919).
Ce monument, aujourd'hui disparu, honorait le dévouement et la mort, au cours de la Première Guerre mondiale, de soldats musulmans provenant de l'espace colonial français.
Au cours de mes recherches, j'ai pu établir l'histoire de cet édifice :
- la kouba du cimetière de Nogent fut inaugurée en juillet 1919 grâce aux efforts d'Émile Piat, consul général attaché au cabinet du ministre des Affaires étrangères et chargé de la surveillance des militaires musulmans dans les formations sanitaires de la région parisienne.
- le gouvernement de la République fut pleinement engagé dans la démarche ainsi qu'en témoigne la présidence de l'inauguration par M. Fabre, sous-secrétaire d’État au ministère de l’Intérieur en présence des délégués de l’Algérie, de la Tunisie et du Maroc.
- cette œuvre avait reçu le soutien du maire de Nogent, Émile Brisson, qui fit voter le 23 décembre 1917 par le Conseil municipal de cette ville, la délibération décidant de l'érection du monument. Elle fut également appuyée par Jean Mirante, des Affaires Indigènes au Gouvernement général d'Algérie, qui obtint une aide du "Souvenir français".
- ce monument fut élevé, à ses frais, par M. Héricourt, marbrier funéraire à Nogent dont le descendant, M. Martin, est toujours en activité dans cette commune et attaché au geste de son aïeul.
- dans les années 1970, elle était vétuste et en voie de dégradation, puis s'est effondrée en mars 1982 ; le sort malheureux de la kouba de Nogent est lié aux aléas de démarches administratives qui n'ont pas permis de désigner les autorités habilitées à décider et à financer sa restauration.
- la solution existe cependant puisque par une lettre du 17 février 1972, le ministère des Anciens Combattants envisageait sa participation financière à la réfection du carré militaire qui abritait l'édifice.
La reconstitution de la kouba du cimetière de Nogent-sur-Marne incomberait légitimement au ministère des Anciens Combattants et à la Délégation à la Mémoire et à l'Information historique qui assurent la mise en valeur des lieux de mémoire et l'entretien du patrimoine.
Elle marquerait comment la République assume, par-delà le temps, son devoir de mémoire à l'égard de tous ceux qui ont laissé leur vie pour défendre ses idéaux.
Je vous prie d'agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de mes salutations les plus respectueuses.

Michel Renard
professeur d'Histoire


kouba_Nogent
la kouba du carré militaire au cimetière de Nogent-sur-Marne, édifiée en 1919




- retour à l'accueil